« Que faire lorsque je contacte les services de secours en Suisse ou à l’étranger ? »

En Suisse, près de 40% de la population ne connait pas les numéros d’urgence et ne sait pas qui appeler si le cas se présentait et seulement plus de 30% des personnes détiennent une application pour contacter les secours.

Qui « doit » appeler les secours ?

Sauver une vie c’est simple comme un coup de fil

Toute personne qui voit un incident impliquant ou pouvant impliquer la sécurité des autres.

Un simple accident sur l’autoroute peut créer un sur-accident et d’importants ralentissements sur plusieurs kilomètres.

Ne partez pas du principe que les véhicules avant vous ou après vous appellerons les secours, car eux se disent la même chose.

Outre la partie morale, il existe un cadre légal ;

Art. 128 CPS : Omission de prêter secours

Celui qui n’aura pas prêté secours à une personne qu’il a blessée ou à une personne en danger de mort imminent, alors que l’on pouvait raisonnablement l’exiger de lui, étant donné les circonstances,

celui qui aura empêché un tiers de prêter secours ou l’aura entravé dans l’accomplissement de ce devoir,

sera puni d’une peine privative de liberté de trois ans au plus ou d’une peine pécuniaire.

 

Pensez aussi aux personnes impliquées, ces dernières viennent de vivre un « choc » et ne sont peut-être pas en mesure d’appeler elles-mêmes les secours.

Ça pourrait être vous !

 

Alors comment faire et quoi dire ?

En appelant un des numéros suivants : 

  • 117 URGENCES POLICE
  • 118 URGENCES POMPIERS
  • 144 URGENCES SANITAIRES
  • 1414 SECOURS Aérien REGA
  • 1415 SECOURS Aérien AIR GLACIERS

Ou via un des applications ;

  • REGA
  • EchoSOS

Toutes ces centrales sont en Suisse gérées par des professionnels, c’est-à-dire des personnes ayant une expérience du terrain (ambulanciers, pompiers, policiers)

  • 112 numéro européen
  • 911 numéro Amérique du Nord et Canada
  • Autres numéros selon pays (toujours s’informer sur place lors de voyages)

 

Les centrales aux USA et Canada sont gérés par des centres d’appels, ce ne sont donc pas des professionnels dans la majorité des cas, pour les cas spécifiques des lignes sont néanmoins prévues avec des personnels « uniformés ». En Europe, les méthodes varient selon les pays et régions.

 

Peu importe le pays, les procédures sont sensiblement identiques, laissez-vous guider par l’opérateur.

 

Dès que l’opérateur répondra, en indiquant le lieu, si un appel a déjà été passé il vous remerciera et vous informera que les secours sont en route, le cas contraire, il sera bien content de pouvoir envoyer les moyens adéquats sur les lieux.

 

Pour faciliter et accélérer le traitement de votre appel, veillez à préciser les 3 points suivants :

 

  • Où suis-je ? Donnez l’adresse précise de l’endroit où les services doivent intervenir surtout si vous n’êtes pas/plus sur place.
  • Pourquoi j’appelle ? Précisez les motifs de votre appel.
  • Qui suis-je ? Vous êtes victime, témoin, vous pouvez aider ou pas… etc.

 

Ensuite laissez-vous guider par l’opérateur. Ce dernier a un protocole avec des questions dans un certain ordre, écoutez-le attentivement et répondez calmement à ses questions, car même si pour vous elles ne vous paraissent pas « cohérentes », elles le sont pour les secours.

 

Vous êtes leurs yeux et leurs oreilles

 

Quand vous êtes témoin ou victime d’un évènement tel qu’un accident de voiture ou domestique, un malaise, une noyade, etc. et que vous donnez l’alerte, l’opérateur aura besoin d’informations, et comme dit plus haut, écoutez-le attentivement et répondez calmement.

 

Il ne sert à rien de crier à l’aide, si vous appelez un service d’urgences c’est que vous êtes en difficulté ou que quelqu’un l’est.

 

Les secours sont partis avant la fin de votre appel ; afin de les diriger correctement et de savoir quels moyens engager il est important d’indiquer le lieu où les secours doivent être envoyés ainsi que la nature de l’incident (accident routier, noyade, feu de grange ou d’habitation, etc).

Ces informations sont précieuses dans le cas où une coupure de communication venait à intervenir, les secours viendrons au bon endroit.

 

Votre téléphone vous aide

Comme l’indique une enquête représentative* de www.comparis.ch, deux tiers des participants ignorent comment déclencher automatiquement un appel d’urgence depuis un téléphone mobile.

(*enquête représentative réalisée par l’institut de sondage et d’études de marché innofact pour le compte de comparis.ch auprès d’un échantillon de 1041 personnes issues de toutes les régions de Suisse. Le sondage a eu lieu en mai 2019)

Et seul un cinquième environ a installé une fiche médicale d’urgence sur son smartphone.

De plus, au moins 40 % des répondants ne connaissent pas les numéros d’urgence internationaux. Les digital natives ne sont, eux non plus, guère préparés pour organiser les secours.

 

En effet, 68 % des personnes interrogées n’ont pas idée comment actionner une combinaison de touches prédéfinies pour appeler les secours. Avec 75 % de « non » en Suisse italophone et 73 % dans la région alpine et préalpine, le manque de connaissance est nettement plus marqué que dans le Mittelland oriental (68 %). En Romandie et dans le Mittelland occidental, on compte quand même 36 % de personnes – soit le plus grand nombre en Suisse – sachant lancer automatiquement un appel d’urgence.

 

 

Seul un cinquième environ utilise la fiche médicale d’urgence préinstallée

Le saviez-vous ?

Votre smartphone a certainement une fiche médicale d’urgence préinstallée.

La fiche médicale d’urgence, déjà préinstallée sur de nombreux mobiles, n’a été remplie et activée que par 22 % des personnes interrogées. Certes, la génération des 15-25 ans est la plus active à cet égard. Mais, dans cette tranche d’âge aussi, ils ne sont que 35 % à utiliser la fonction correspondante. Chez les utilisateurs de 45 ans et plus, ce chiffre sombre à 16 %.

De plus, il est fréquent que les paramètres de la fiche médicale ne soient pas définis correctement : seulement 63 % des utilisateurs de la fiche médicale déclarent que leurs informations personnelles, données de santé et contacts d’urgence sont disponibles en mode verrouillé.

Pour les secours mais également pour vous en tant que premier intervenant, le téléphone mobile de la victime constitue souvent le moyen le plus rapide d’obtenir des informations essentielles.

C’est pour cela qu’il est important de remplir correctement et d’activé la fiche médicale en mode verrouillé.

Devise
CHF Franc suisse
EUR Euro